Le Leckerli de Bâle ou gâteau sec sans matière grasse

Bonjour à vous qui me lisez et merci.

Est-ce que vous connaissez cette petite douceur qu’est le Leckerli de Bâle? Le mot Leckerli signifie « douceur ou friandise  » et Bâle du nom du canton Suisse, c’est une sorte de biscuit qui ressemble un peu au pain d’épices sauf que celui-ci est plus sec, qui était destiné à être consommé durant les périodes de Noël et du jour de l’an, mais désormais on le déguste toute l’année. Son origine comme le précise son nom vient de Bâle en Suisse voilà un peu d’histoire que j’ai trouvé sur le site du patrimoine culinaire Suisse qui m’a bien renseigné sur ses origines car mon chef m’avais appris à le faire sans trop me donner de détails, il me disait fais et tais toi. OK !!!! Je fais, je me tais et je me renseigne quand même, car j’aime bien savoir. Et puis il a fallu que par la suite avec les années de métiers que je change la composition pour l’adapter aux personnes ne prenant pas d’alcool car dans la recette il y avait du Kirsch, (pour le goût mais aussi pour faire lever la pâte) alors moi j’y ai mis du bicarbonate et j’ai pris un sirop de cerise sans alcool., il y a dans la recette du 4 épices  en plus, pour les dimensions Les Leckerlis de Bâme mesurent 3/4 cm, pour les productions artisanales et 4/7 pour les productions industrielles, oui bizarrement et abaissés à 6 mm d’épaisseur. Et si vous lisez attentivement la recette il n’y a pas de matières graaaaaassssses. Eh oui, pas d’huile, ni margarine, ni beurre, non rien, niet, nada. Et pour le 4 épices je l’ai mis dans les ingrédients ( en vrai quand je le prépare c’est plus un 5 épices, car il y a la cannelle) mais là dans la recette il y a plus de cannelle qu’en temps normal

HISTOIRE

Suite à des recherches approfondies, la théorie qui soutient avec persistance que les leckerlis de Bâle ont été créés au 15e siècle pour les membres du concile de Bâle (1431-1449) se révèle cependant fausse. Les Archives d’Etat de Bâle-Ville, notamment les dossiers de la douane ou ceux des commerces, prouvent clairement que les ingrédients entrant dans la composition des leckerlis de Bâle n’étaient pas encore sur le marché au 15e siècle. La confection de pains d’épices a connu, durant la période, un essor temporaire.  Les « lebkuochen » de cette époque étaient fabriqués à base de farine de seigle, de miel et d’épices au goût prononcé. Il n’y a aucune comparaison avec les leckerlis d’aujourd’hui. L’histoire des leckerlis de Bâle remonte néanmoins à quelques centaines d’années. Elle commence avec l’apparition de la confiserie. En Suisse, au 17e siècle,  on retrouve des traces des premières recettes de leckerlis. D’autres suivront au 18e  et 19e siècle. Les fabricants ont fait preuve d’une inventivité à ce jour inégalable, puisqu’on a retrouvé des recettes de leckerlis bruns, jaunes, blancs, très bons et même d’une « recette de Bâle ». Alors qu’au milieu du 17e siècle, les cantons de Berne, Zurich et St-Gall ont introduit des ingrédients transformés dans leur fabrication, Bâle a joué la carte de l’authenticité en privilégiant des ingrédients tels que les matières premières grossièrement hachées et un fin nappage de sucre glace.  Dans l’ouvrage d’Albert Spycher sur les leckerlis de Bâle, nous apprenons  qu’il y a eu un différend concernant les droits d’auteur à la fin du 18e siècle. Les pâtissiers et confiseurs bâlois ont exigé des veuves, qui fabriquaient des leckerlis en guise de gains accessoires, de cesser leur production. Mais cette requête a provoqué l’effet contraire. En effet, la confection des leckerlis a été officiellement déclarée « libre commerce», simultanément avec St-Gall et Nuremberg, et cela au détriment des boulangers-pâtissiers. Le leckerli a également joué un rôle important, bien que secondaire, dans la tradition des corporations bâloises. Durant longtemps, le « Nürrenberger Lebküchlÿ » (le petit pain d’épices de Nuremberg) était à la mode aux repas des supérieurs. Dans un décompte de la corporation des jardiniers du 10 octobre 1711, on peut lire pour la première fois «3 feuilles de Läckerlin». La fabrication massive des leckerlis de Bâle a débuté dans la région de Bâle durant la première moitié du 19e siècle. On ne dénombrait alors pas moins de deux douzaines de producteurs. Aujourd’hui, on compte encore 3 gros fabricants.

allez la recette c’est en dessous

Note de la recette

  • (5 /5)
  • (1 Note)

Suggestion de recettes

  • Portions : 6
  • Temps de cuisson : 35 Min
  • Portions : 30
  • Temps de cuisson : 15 Min
  • Portions : 6
  • Temps de cuisson : 12 Min
  • Portions : 20
  • Temps de cuisson : 15 Min
  • Portions : 12
  • Portions : 15
  • Portions : 8
  • Temps de cuisson : 15 Min
  • Portions : 4
  • Temps de cuisson : 25 Min